Les premières briques de Brouillards et boussoles ont été posées en septembre 2016, avec Ana et Janucsz, deux femmes formidables à l’âme pétillante. L’avril précédent, j’avais donné une formation sur l’animation d’ateliers créatifs. Comme nous étions un petit groupe avec des problématiques plutôt individuelles (montage de projet, profession libérale, en recherche d’emploi…), j’avais tourné certaines activités de la formation en vers le développement personnel et l’accompagnement de projet.

Suite à cette formation, j’ai proposé que l’on se revoit en rappel de connaissances et pour s’entraider sur un projet ou une action future d’atelier créatif. Ana m’alors dit “Moi je veux bien travailler sur un outil créatif qui aide sur les perspectives professionnelles car je suis complètement perdu”. Ana est espagnole et possède une sincérité qui n’a d’égal que son grand cœur. En échange de la formation, j’avais troqué avec elle des cours de salsa, alors nous commencions à bien nous connaître. Je savais qu’elle se heurtait à pas mal de difficultés en terme d’emploi, à la fois par rapport à son métier de chercheur, dans l’envie de trouver quelque chose de plus créatif ou les écueils dus au manque de maîtrise de la langue française. Ainsi, sa demande aux doux accents et à la détresse réelle a immédiatement fait mouche en moi. Et écho. A cette époque, je ressentais en effet moi-même une sensation de perte de repères et un manque de pistes concrètes à suivre. Je pêchais plutôt par surabondance et dispersion que manque de perspectives, mais je me suis dit que oui, moi aussi, j’aurais bien besoin d’aide sur ce coup-là !

Nous nous sommes alors attelées à la tâche, avec Janucsz en aide au remue-méninges, et petit à petit est née l’aventure de Brouillards et boussoles. J’ai toujours aimé la fantasy, adepte et fan absolue de Terry Pratchett et J.R.R Tolkien, et que le côté “Quête d’aventuriers” m’a toujours fait rêver. C’est donc sous une forme scénarisé et présenté en livret que nous avons construit les étapes du parcours, inspiré de ce que nous avions fait en formation, ainsi que d’autres expériences pédagogiques.

Il faut préciser qu’à ce moment j’étais en train de travailler sur un roman de science-fiction à imprimer soi-mêmes et incluant des éléments multimédia (Maïzoona). Je me suis inspiré de ce projet pour proposer la forme de Brouillards et boussoles qui devenait donc : un livret-jeu sur l’orientation professionnelle.

Puis, les mois ont passé, le projet a été mis de côté au profit d’activité rémunératrice, la réalité me rattrapant souvent. J’ai bien essayé de remplir quelques dossiers de subventions mais sans succès. Ana était sur des pistes professionnelles de départ vers d’autres contrées et je n’avais pas envie de faire ce projet seule.

Trop gros. Pas drôle.

Et c’est là que Lilian m’a fait part de son intérêt ! En y ajoutant une envie d’expérimenter l’aspect “jeu coopératif comme support de formation ou activité d’équipe”, il m’a convié à davantage me centrer sur l’aspect animation. J’étais en effet très orientée “outil numérique” avec le principe d’un PDF relié à un site internet, mais c’est beaucoup de jus de neurones pour un usage très incertain, et trop risqué vu l’absence de moyens. Et surtout, il faut tester le concept ! Mais quel est le concept ? Le concept est celui qiu répond au problème de mon utilisateur (merci mooc Design Thinking), c’est-à-dire le manque d’actions à réaliser quand on se trouve perdu et déprimé concernant son projet ou parcours professionnel. Pour moi, ce n’est pas un outil à produire, qui est une des formes que peut prendre le concept et qui vient après dans le travail de mise en oeuvre de l’idée. Il s’agit de l’idée de base, originale, qui pose le fond de la solution pour résoudre le problème de l’utilisateur et qui lui propose une expérience nouvelle. Pour Brouillards et boussoles, c’est un jeu-formation, inscrit dans un univers inspiré de la fantasy, qui permet d’aborder les problématiques liées à son projet ou parcours professionnel, avec une dimension collective et s’appuyant sur un support graphique, le livret.

Donc, il convient plutôt de tester avec l’histoire et le livret en état. Eventuellement, je peux compléter le site avec quelques éléments pour le côté multimédia, mais ce n’est pas une obligation. Surtout, il convient de construire une animation particulière pour faciliter l’entrée dans l’univers proposé. Je peux donc m’inspirer des jeux de rôle pour mener à bien ce prototype ! Il me faudra aller à la recherche des informations et faire les premières expérimentations.

C’est parti !